Selon les résultats du recensement de 1870, on estime généralement que le nombre de résidents permanents de la colonie de la Rivière-Rouge pendant la Résistance de 1869–1870 s’élevait à environ 12 000.[i] Sur ce nombre, environ 6 240 étaient catholiques et 5 720 protestants.

Presque 10 000 résidents de la colonie étaient Half Breed/Métis.[ii]

Selon le « compte rendu français » du recensement Archibald, 5 757 personnes étaient Métis de langue française et 4 083 Métisde langue anglaise.

Selon le « compte rendu anglais », il y avait 5 696 French Half Breeds et 4 082 English Half Breeds.[iii]

Parmi les voisins et les membres des familles de Halfbreed/Métis, on comptait environ 560 « Indiens établis » avec maisons et fermes. Les membres de familles qui appartenaient aux Premières nations et « habitaient dans des tentes ou se déplaçaient d’un endroit à un autre sans domicile établi » ne furent pas inclus dans le recensement.[iv] (Cependant, selon un rapport de la direction des Indiens, du Département du Secrétaire d’état pour les provinces, on a estimé que plus de 18 357 personnes des Premières nations étaient dans la province du Manitoba entre 1870 et 1871.[v])

De même, il n’existait pas de catégorie distincte pour recenser les personnes d’origine inuite – alors que certaines personnes de la Rivière-Rouge avaient probablement des origines inuites — par exemple les membres des familles des employés de la Compagnie de la Baie d’Hudson qui étaient venus à la Rivière-Rouge en provenance de postes au Labrador ou de l’Eastmain (la rive est de la baie d’Hudson et de la baie James). Il aurait fallu que les recenseurs décident au cas par cas de la façon d’enregistrer les personnes dont l’origine ne faisait pas l’objet d’une catégorie spéciale pour le recensement.

Selon le recensement, les « Blancs » se chiffraient à 1 563, dont « un peu moins de la moitié étaient nés dans le Nord-Ouest ». Ils étaient répartis ainsi :

  • 412 personnes originaires de Grande-Bretagne ou d’Irlande;
  • 294 Canadiens;
  • 69 personnes venues des États-Unis;
  • 15 personnes venues de France;
  • 38 personnes venues d’autres pays.[vi]

En passant, il n’y avait pas de catégorie pour les « Noirs ». Par conséquent, il est possible que, dans certains cas, des personnes d’origine africaine, arrivées à la colonie de la Rivière-Rouge en provenance d’une colonie comme la Guyane britannique ou en provenance des États-Unis, aient été recensées parmi les « Blancs ».[vii]

Médias connexes

Recherche en ligne sur le recensement de 1870 et la démographie de la Rivière-Rouge

[i] Les ouvrages qui traitent les chiffres de la population montrent des différences : la population totale variant de 11 903 ou 11 960 (chiffres d’Archibald), ou de 11 963 à 12 228. Selon la source consultée, cela incluait environ 9 480, 9 800, 9 840 ou 10 000 Métis et de 558 à 560 « Indiens ».

[ii] Voir aussi Kemp, “Land Grants Under the Manitoba Act,” http://www.mhs.mb.ca/docs/transactions/3/landgrants.shtml, qui mentionne qu’« un total de 10 000 halfbreeds » était une estimation; Hereward Senior, The Last Invasion of Canada: The Fenian Raids, 1866–1870 (Dundurn, 1991), 177. Thomas Flanagan et Gerhard Ens, dans “Metis Land Grants in Manitoba, A Statistical Study,” Social History/ Histoire Sociale 27, no 53 (1994): 70, mentionnent un total de 11 960. John Welsted, John Everitt et Christoph Stadel, éd., dans The Geography of Manitoba: Its Land and Its People (Winnipeg: University of Manitoba Press, 1996), 127, donnent un total de 11 963. Le dernier chiffre est également mentionné en 1878 — voir Thomas S. Fernon, No Dynasty in North America. The West Between Salt Waters ... (Philadelphia: Henry B. Ashmead, 1878), 6. Gerhard J. Ens, dans Homeland to Hinterland: The Changing Worlds of the Red River Metis in the Nineteenth Century (Toronto: University of Toronto Press, 1996), 140, chiffre le total à 12 228. Voir aussi Statistique Canada, « Les années 1800 (1806 à 1871) », dans le site Web du gouvernement du Canada, http://www.statcan.gc.ca/pub/98-187-x/4064809-fra.htm,qui indique le même total de 12 228.

[iii] Sprague, Canada and the Métis, 75.

[v] L’estimation était peut-être élevée du fait que la limite entre le Manitoba et l’Ontario semble avoir été déplacée plus à l’Est que les limites réelles de la nouvelle province. Voir Parliament, “Return K.— Comparative Statement of the population of the Indian Tribes and Bands throughout Canada, between the years 1870 and 1871,” [présenté par la direction des Indiens, du Département du Secrétaire d’État pour les provinces, Ottawa, 25 avril 1872] Sessional Papers, vol. 7, Fifth Session, First Parliament (Ottawa: I.B. Taylour, 1872),  5960, qui énumère ce qui suit :

Province du Manitoba               Population en 1871

Indiens de Rainy Lake                             386

     “       de Lake of the Woods               346

     “                    “                                       115

Indiens de Shoal Lake                             111

     “       de Fort Francis                              49

Indiens Saulteaux                             non donné

Indiens cris estimés à                            7 000

Blackfoot “             “                                4 000

Blood        “            “                                2 000

n1" style="line-

Peagin      “            “                                3 000 [sic: Piegan]

Lurcees    “            “                                   20 [sic: Sarcees]

Assiniboine “         “                                  500

Cris des Bois “       “                                   425

R.M. Indiens Assiniboines estimés à     225

[vi] John Elwood Ridd, "The Red River Insurrection, 1869-1870," Mémoire de maîtrise (Winnipeg : Université du Manitoba, 1934), 2.

[vii] Voir, par exemple, la page Governors (and First Ladies) of Assiniboia 1812 – 1869  du site Provisional Government of Assiniboia, ainsi que la discussion sur les origines africaine et indienne (d’Inde) du Gouverneur d’Assiniboia, William Bletterman Caldwell.